Retrogaming avec Recalbox


Recalbox est un système d’exploitation gratuit permettant, avec nostalgie, de jouer aux consoles datant du début des jeux vidéos.

Vous pourrez ainsi jouer à des jeux disponibles sur Master system, Nintendo, Game Boy Advanced etc.

J’ai testé Recalbox avec sur une machine virtuelle pour prendre des captures d’écran. Je l’ai également installé sur ma carte micro-SD pour l’utiliser sur ma Raspberry Pi.

Un conseil, comme pour les consoles, munissez-vous d’une manette !

Site officiel : https://www.recalbox.com/fr/

Nouvel environnement Linux openSUSE Leaf 42.3


 

Avec la mise en place de ce blog sur un serveur tierce, et afin de tester des nouveautés technologiques, j’ai installé un nouvel environnement Linux avec la distribution openSUSE Leaf 42.3.

openSUSE ne m’est pas inconnue car il s’agit de la 1ère distribution installée fin 1999 sur mon ordinateur personnel, alors à la version Suse 6.2 (openSUSE sur Wikipedia).

J’avais déjà consacré un article à l’installation de Linux en mode EFI (qui remplace le BIOS) Installation d’Ubuntu 13.10 en mode UEFI – Retour d’expérience

en 2013 avec la distribution Ubuntu.

L’installation d’openSUSE a évolué car je ne me suis pas soucié de l’EFI/UEFI puisque le gestionnaire d’installation YaST [Yet another Setup Tool] de cette distribution s’en charge. L’installation devient classique avec le choix du partitionnement du disque dur et les différentes étapes de l’installation.

Le gestionnaire d’amorçage GRUB2 est installé automatiquement et permet ainsi à l’allumage du PC de choisir le système d’exploitation à lancer (Linux ou Windows) en cas d’installation en « dual-boot » lorsque plusieurs systèmes d’exploitations co-existent.

opensuse.fr

opensuse.org

 

 

 

Linux Mint 16 « Petra », vous avez dit Linux ?


Après un article sur un retour d’expérience concernant l »installation de notre (mon) système d’exploitation favori (Installation d’Ubuntu 13.10 en mode UEFI – Retour d’expérience) aux cotés d’un autre système, et ce en s’accommodant  de la technologie UEFI-EFI, voici donc un nouvel article portant sur Linux.

Et oui, je reprends un peu de mon temps pour me consacrer à faire vivre la rubrique Linux de mon blog et vous faire (re)découvrir le système d’exploitation au pingouin.

Je tiens à vous rassurer : le système Linux installé sur mon ordinateur portable fonctionne toujours et je ne vois pas de raison pour laquelle il ne fonctionnerait pas…

La distribution Linux Mint a pour devise, ou slogan, « from freedom came elegance« , que je traduis laborieusement par « de la liberté vint l’élégance ». Effectivement, la finition graphique de la distribution est aboutie comme en témoigne les différents environnements de bureaux qui accompagnent la distribution. Linux Mint est en effet disponible avec les environnements de bureaux KDE (un « classique »), MATE (continuité de l’environnement GNOME 2), Cinnamon etc.

Linux Mint est une distribution dérivée de la distribution Ubuntu. Mais, assez parlé, voici en images la distribution présentée avec le bureau MATE et le bureau Cinnamon… Pour info, j’ai virtualisé un ordinateur sur lequel je fais fonctionner Linux Mint :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bilan de l’année 2013… merci à tous les internautes-lecteurs de mon blog !


Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2013 de mon blog.

En voici un extrait :

Le Concert Hall de l’Opéra de Sydney peut contenir 2.700 personnes. Ce blog a été vu 10  000 fois en 2013. S’il était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 4 spectacles pour accueillir tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Installation d’Ubuntu 13.10 en mode UEFI – Retour d’expérience


Ca y est, enfin ! Avec l’acquisition d’un nouvel ordinateur portable et le système d’exploitation Fenêtres 8 (tentative de traduction laborieuse, je dois dire, d’un Operating System [OS] ou Système d’Exploitation) pré-installé dessus, se posait la question de l’installation de Linux, le système d’exploitation dont la mascotte est un pingouin (dit Tux).

En effet, depuis l’arrivée de Fenêtres 8, le BIOS a été remplacé par l’UEFI. Derrière ces termes qui peuvent paraître barbares, se cache en réalité 2 pierres angulaires de votre ordinateur préféré.

Pour les définitions du BIOS et de l’UEFI, je vous renvoie au site « CommentCaMarche.net », l’objectif de l’article étant de détailler plutôt les problématiques de l’installation de Linux sur un PC portable équipé de l’UEFI.

Revenons à nos moutons… L’UEFI a pour objectif affiché de sécuriser votre PC au détriment d’OS différents. En effet, à la sortie de l’UEFI, l’inquiétude envahit la communauté Linux pour l’installation de celui-ci en dual boot (comprenez en choisissant Linux ou Fenêtres 8 au démarrage du PC).

Mais c’est sans compter sur la persévérance de la communauté linux car la Fondation Linux lance, début 2013, un bootloader ou chargeur au démarrage qui permettra à des distributions indépendantes de venir s’installer auprès de Fenêtres 8 (article du Monde Informatique 12/02/2013).

Déjà, des distributions avaient anticipé le bin’s que pouvait engendrer l’arrivée de l’UEFI. Ce bin’s est détourné par la distribution Suse mi 2012 avec l’annonce d’une parade (SUSE and Secure Boot: The Details) , ou par Fedora (Guide UEFI Secure Boot).

Mon choix s’orientant vers la distribution Ubuntu, je décide alors de l’installer en dual-boot, aux côtés de Fenêtres 8. Pour cela, nul besoin de désactiver le Secure Boot, bien au contraire, l’installation d’Ubuntu 13.10 a été effectuée en mode UEFI (Ordinateurs avec UEFI).

Pour résumer, voici les différentes étapes qui m’ont guidées :

– gravage de l’image de la distribution,

– accès à UEFI via la touche F10,

– désactivation du Secure Boot (démarrage sécurisé) et activation de la « maintenance »

– ordre de priorité  du démarrage sur le lecteur de CD-Rom pour les 2 modes (mode UEFI et mode « Maintenance »).

– Sauvegarde puis redémarrage du PC avec le CD-ROM

– Appui sur la touche F9 qui permet de sélectionner son démarrage ; s’ensuit alors plusieurs options dont « CD-ROM en mode UEFI »  (qu’il faut sélectionner).

– Ensuite, installation classique : redimensionnement de la partition Windows etc.

Par contre, une fois l’installation terminée, il faut démarrer le PC et appuyer sur la touche F9 pour accéder au menu et sélectionner ensuite « Ubuntu » pour accéder à GRUB. Notons que la partition de restauration de Fenêtres 8 a été conservée.

ATTENTION : référez-vous à cet article qui détaille très bien l’installation d’Ubuntu en mode EFI.

Cette installation s’est effectuée sur un PC Portable Notebook Hewlett-Packard HP de la gamme ENVY DV7.

Restent à configuer le « Beats Audio » et la 2ème carte graphique NVIDIA installée sur le PC.

Mageia 3, La distribution communautaire


Dans  un article précédent, publié le 20 août 2011 très exactement cliquer ici, je consacrais celui-ci à Mageia, alors dans la version n°1. Une version n°2 apparut en mai 2012, et, depuis le même mois mais en 2013, la version n°3 est disponible au téléchargement.

C’est ainsi que dans élan de gentillesse incontrôlé, j’ai choisi de vous montrer (quoi, encore ?!)  l’installation, oui, j’ai bien dit l’installation de Mageia avec un environnement de bureau LXDE (LXDE sur la documentation francophone Ubuntu).

Aaarghhhh… et oui, encore une fois, j’ai failli m’étouffer puisque l’UEFI était voué à faire disparaître les distributions Linux, mais la solution réside dans The Linux Foundation qui a trouvé la parade (la parade par Le Monde Informatique) pour bouter l’UEFI hors des terres du pingouin, pingouin qui ne demande qu’à s’épanouir sur les bécanes (entendez PC pour Personal Computer) récentes.

Pour continuer l’aparté dédié à l’actu Linux (c’est une nouveauté du blog, être au plus proche de l’actu avec quelques mois de retard), Valve qui a décidé de se rapprocher de Linux, lance en 2014 SteamOS (SteamOS par Clubic), un système d’exploitation dédié au jeu (vidéo).

Bon revenons à nos moutons, et découvrons donc Mageia (ouah…).

Ce diaporama nécessite JavaScript.