Au revoir là-haut, Pierre Lemaître (2013)


Je suis un peu resté sur ma faim après la lecture du Goncourt 2017, « L’ordre du jour ». « Au revoir là-haut », de et avec Albert Dupontel, sorti en 2017, est un film éponyme du roman de Pierre Lemaître. Je me suis intéressé au livre, sans avoir vu le film ; j’ai seulement vu la bande-annonce après avoir terminé le roman qui fut Goncourt 2013.

J’ai été surpris lors de la lecture de ce livre tant les rebondissements sont nombreux, le suspens toujours présent, dans un récit post 1ère guerre mondiale, alors que le début de ce roman se déroule à la très proche fin de la « Grande Guerre ». On y suit le parcours de deux anciens combattants, avec pour point commun leur ancien capitaine, dont l’un a été blessé sérieusement sur le champ de bataille.

Leurs aventures sont surprenantes tout comme leur projet. A savoir que la suite de « Au revoir là-haut », intitulée « Couleurs de l’incendie », a été publiée début janvier 2018.

Au revoir là-haut sur Babelio et/ou sur CultureBox

Le Livre est aussi sorti en version Poche.

 

Publicités

« Juste la fin du monde » [le film] et « S’enfuir » [la B.D.], 2 huis clos saisissants


A priori, le film « juste la fin du monde »  et la bande dessinée « s’enfuir » n’ont rien de commun. Le 1er relate le retour d’un écrivain dans sa famille pour un repas, venu leur dire qu’il allait mourir. Le 2nd est le récit d’un travailleur humanitaire retenu en otage en Tchétchénie.

Toutefois, a y voir de plus près, le point commun de ces 2 oeuvres repose sur le huis clos. Huit clos pour « juste la fin du monde », où les personnages évoluent quasiment dans la même maison, tandis que pour « s’enfuir », le personnage principal reste enfermé dans une pièce.

C’est donc dans ces lieux que le réalisateur et l’auteur déroulent une histoire et une atmosphère particulière. Le secret est le maître mot de ce film et de cette B.D. : que va-t-il se passer, l’écrivain va-t-il révéler son terrible secret, le détenu malgré lui va-t-il réussir à s’échapper ou à sortir libéré de sa triste demeure ?

Le film « juste la fin du monde » est l’adaptation d’une pièce de théâtre, la B.D. « s’enfuir » est le résultat de la rencontre de Guy Delisle, l’auteur de B.D. déjà évoqué dans ce blog, et de Christophe André, le captif au main des Tchétchènes. Cette B.D. est donc une biographie.

Au final, les héros respectifs cherchent une certaine liberté, difficile à avouer pour l’un, et une liberté à retrouver pour l’autre.

 

1507-1-bbb

Feuilleter l’ouvrage

 

Agent secret, une autobiographie


Le livre que je viens de terminer de lire est une autobiographie d’un ancien militaire appartenant au service Action des services secrets français.

La lecture nous amène d’Afrique au Kosovo en passant par l’Asie, alors que l’auteur évolue dans le secteur militaire puis dans le privé. J’ai lu ce livre assez rapidement car il nous tient en haleine au fil des pages.

On vibre ainsi au fil du récit notamment lors des négociations pour la libération d’otages salariés de grands groupes français.

Extrait du site internet de l’éditeur :

« J’ai vécu la tension de négociations à haut risque avec les Khmers rouges, les forces serbes de Slobodan Milosevic, les terroristes d’Al-Qaïda… Je n’ai toujours eu qu’une seule boussole pour agir : l’intérêt supérieur de la Nation. À d’innombrables reprises, j’ai mis ma vie en jeu pour défendre la France, toujours dans l’ombre. Clandestinement. Mon nom est « Personne », ou plutôt « n’importe qui ». Je suis agent secret. »
Jean-Marc Gadoullet a appartenu pendant quinze ans – une longévité exceptionnelle – au 11e Choc, une unité d’élite du service Action de la DGSE. Deux présidents de la République ont épinglé sur son uniforme les plus hautes distinctions, la Croix de guerre et la Légion d’honneur.
Assistance à des chefs rebelles, contre-terrorisme, infiltration secrète, empêchement d’un coup d’État, diplomatie parallèle… Ce livre dévoile la vie de l’un des meilleurs agents secrets français. Comment intègre-t-on le Bureau des légendes ? Comment jongle-t-on entre plusieurs identités fictives ? Et comment part-on en mission sans jamais savoir pour combien de temps et sans pouvoir donner de nouvelles à sa famille ?
Voici le témoignage unique d’un véritable héros qui, dans une seconde vie, de 2010 à 2013, a été l’artisan discret de la libération des sept otages d’Areva et de Vinci retenus au Mali par Abou Zeid, l’émir redouté d’Al-Qaïda au Maghreb islamique. Jean-Marc Gadoullet révèle ici les coulisses de cette négociation explosive et dénonce le « business» des otages.
Pour la première fois, un agent secret français raconte son quotidien.

 

9782221191040

« Docteur Sleep », le dernier roman de Stephen King


Pour alimenter la rubrique « Livres » de mon blog, j’ai décidé de vous présenter le dernier roman de Stephen King, sorti déjà en octobre 2013, « Docteur Sleep », que je traduis, en mettant en oeuvre toutes mes connaissances en anglais acquises précédemment, par « Docteur Sommeil ».

Je consacrai dans un article précédent ce même article à « 22/11/1963 », sorti il y a tout juste 1 an (« 22/11/1963″, une plongée dans l’Amérique de Kennedy) . Avant de vous présenter « Docteur Sleep », voici mon avis, ma critique sur 22/11/1963. Cette critique n’engage que moi et je ne souhaite ainsi pas vous influencer sur la lecture de ce roman.

A grand coup de tapage médiatique, « 22/11/1963 » s’avère un livre que se laisse lire facilement. Savant cocktail de roman historique (sur l’assassinat de Kennedy, entre autres), roman policier (comment Jake Epping va-t-il tenter d’empêcher l’assassinat de Kennedy ?), roman relatant l’histoire entre Jake Epping et une femme dont l’ex est complètement cinglé, roman de science-fiction lorsque le héros cité, et narrateur de surcroît, va remonter le temps pour accéder à l’Amérique post-2nde guerre mondiale.

Le livre tient ainsi en haleine jusqu’à la fin, que je ne dévoilerai pas, bien entendu. Toutefois, j’ai été déçu par la forme que prenait cette fin et je n’ai donc pas lu les 10 dernières pages (peut être vais-je les lire lorsque j’aurai plus de courage).

Mais revenons à nos moutons, ou plutôt à « Docteur Sleep »…

Stephen King est venu présenter ce dernier livre en France à l’occasion d’un véritable show à l’américaine au Grand Rex (Le show à l’américaine de Stephen King au Grand Rex par lemonde.fr).

Annoncé comme la suite de Shining, Docteur Sleep met au centre de l’histoire le jeune Danny Torrance devenu adulte. En aparté, Shining avait fait l’objet d’une adaptation cinématographique par Stanley Kubrick.

Bande-annonce VF de Shining :

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18782021&cfilm=863.html

J’ai donc entamé les 1ères pages de « Docteur Sleep », et, premier changement par rapport à « 22/11/1963 », le héros principal n’est pas le narrateur.

Je ne vous en dis pas plus, seulement que le fantastique prend davantage le dessus dans ce livre que dans 22/11/1963.

Articles dédiés à « Docteur Sleep »:

Docteur Sleep par Télérama

« 22/11/1963 », une plongée dans l’Amérique de Kennedy


11-22-63

Voici un livre dont j’ai débuté la lecture et qui vous donne envie de le lire tant l’intrigue est prenante. Stephen King, auteur né aux U.S.A, dans l’Etat du Maine, a une carrière d’écrivain bien remplie : Running Man (publié sous le nom de Richard Bachman), Shining (adapté au cinéma par Stanley Kubrick en 1980, avec notamment Jack Nicholson), Dead Zone (adapté au cinéma par David Cronenberg et sorti en 1984), La Ligne Verte etc.

Le narrateur et personnage principal, de 22/11/1963, Jake Epping, fait à la manière de Retour vers le Futur, une plongée dans le passé de l’Amérique de l’après-guerre, pour empêcher l’assassinat de John F. Kennedy par Lee Oswald et qui va vivre plusieurs aventures constituant la trame du roman.

Voici le résumé du livre :

Imaginez que vous puissiez remonter le temps, changer le cours de l’Histoire. Le 22 novembre 1963, le président Kennedy était assassiné à Dallas. À moins que…
Jake Epping, professeur d’anglais à Lisbon Falls, n’a pu refuser d’accéder à la requête d’un ami mourant : empêcher l’assassinat de Kennedy. Une fissure dans le temps va l’entraîner dans un fascinant voyage dans le passé, en 1958, l’époque d’Elvis et de JFK, des Plymouth Fury et des Everly Brothers, d’un taré solitaire nommé Lee Harvey Oswald et d’une jolie bibliothécaire qui deviendra le grand amour de Jake, un amour qui transgresse toutes les lois du temps.
Avec une extraordinaire énergie créatrice, King revisite au travers d’un suspense vertigineux l’Amérique du baby-boom, des « happy days » et du rock and roll.
« L’oeuvre d’un génie ! » Time Magazine
« Un véritable magicien du roman… Une des plus formidables histoires de voyage dans le temps depuis H.G. Wells. » New York Times
« Colossal, généreux, passionnant… La quintessence du talent de King. » Miami Herald

Et le mot de l’éditeur :

22 novembre 1963 : 3 coups de feu à Dallas. Le président Kennedy s’écroule et le monde bascule. Et vous, que feriez-vous si vous pouviez changer le cours de l’Histoire ? 2011. Jake Epping, jeune professeur au lycée de Lisbon Falls dans le Maine, se voit investi d’une étrange mission par son ami Al, patron du diner local, atteint d’un cancer. Une « fissure dans le temps » au fond de son restaurant permet de se transporter en 1958 et Al cherche depuis à trouver un moyen d’empêcher l’assassinat de Kennedy. Sur le point de mourir, il demande à Jake de reprendre le flambeau. Et Jake va se trouver plongé dans les années 60, celles d’Elvis, de JFK, des grosses cylindrées, d’un solitaire un peu dérangé nommé Lee Harvey Oswald, et d’une jolie bibliothécaire qui va devenir l’amour de sa vie. Il va aussi découvrir qu’altérer l’Histoire peut avoir de lourdes conséquences… Une formidable reconstitution des années 60, qui s’appuie sur un travail de documentation phénoménal. Comme toujours, mais sans doute ici plus que jamais, King embrasse la totalité de la culture populaire américaine. Stephen King a écrit plus de 50 romans, tous best-sellers et plus de 200 nouvelles. Il est devenu un mythe vivant de la littérature américaine (National Book Foundation Medal en 2003 pour sa contribution aux lettres américaines, Grand Master du Prix Edgar Allan Poe en 2007).

Livre : La chronique de Jean-Edgar Casel – 22/11/63

http://www.stephenking.com/promo/11-22-63/announcement/ (le site officiel, en anglais)

http://www.telerama.fr/livres/22-11-63,93634.php (22/11/1963 sur Télérama)

http://lalectricealoeuvre.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/04/15/22-11-63-de-sephen-king.html (la Lectrice à l’oeuvre, le blog de critique littéraire de Christine Bini)

http://www.franceinfo.fr/livre/le-zoom-culture/king-906053-2013-02-28 (22/11/1963 sur France Info)

http://enfinlivre.blog.lemonde.fr/2013/02/23/stephen-king-221163/ (Enfin Livre!, blog sur lemonde.fr)

http://www.evene.fr/livres/actualite/221163-l-assassinat-de-jfk-en-stephen-king-size-1887316.php (par Evene.fr)

http://www.lefigaro.fr/livres/2013/03/06/03005-20130306ARTFIG00640-stephen-king-veut-sauver-jfk.php (sur lefigaro.fr)

http://www.lexpress.fr/culture/livre/22-11-63-de-stephen-king-passe-le-test-de-la-page-99_1234674.html (par l’Express)

http://www.albin-michel.fr/page.php?n=171 (par l’éditeur français)

http://www.guardian.co.uk/books/2011/nov/02/112263-stephen-king-review (par le guardian)

11-22-1963-UK-promo-cover

Stephen King 22-11-1963

Sur Amazon, pour le feuilleter : http://www.amazon.fr/22-11-63-Stephen-King/dp/2226246940#reader_2226246940

En librairie chez la Griffre Noire : http://www.lagriffenoire.com/?p=4&id=5373&cc=0 (gros coup de coeur, site sympa, n’hésitez pas à commander chez eux, à l’origine du blog http://www.lesdeblogueurs.tv/)

L’univers Stephen King sur la Fnac.com : http://www4.fnac.com/Stephen-King/ia1741

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :