Sécurité internet, petit Guide de survie


Internet est un réseau informatique mondial (dixit Wikipedia.fr) mais saviez-vous que vous laissiez des traces sans le savoir ? Vous répondrez sûrement par l’affirmative à cette question…

Pour vous le prouver, tentons (ou tentez plutôt) une petite expérience : rendez-vous à cette adresse http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/experience/ de la Commission Nationale Informatique et Libertés et laissez-vous guider par les différentes étapes.

Qu’en ressort-il ? Et bien, par une simple navigation (internet), il est possible de récupérer des données inhérentes à votre ordinateur ou encore à cette même navigation. Donc, pour reprendre les conclusions de l’expérience en question (tel un rat de laboratoire que vous êtes), ces données sont « lisibles » :

  • adresse IP, nom d’hôte et localisation (géolocalisation),
  • système d’exploitation, navigateur internet utilisé, résolution de votre écran, sites internet visités,
  • insertion de cookie (le petit fichier informatique, non le biscuit) sur votre ordinateur, et malgré la suppression du cookie, récupération des infos du cookie par le logiciel flash de votre ordinateur
  • conservation et utilisation des infos entrées dans votre moteur de recherche,
  • exploitation de ces mêmes recherches par des régies publicitaires

D’autres menaces informatiques existent également : virus informatique, vers, zombies, troyens etc.

Pour se protéger, les réflexes de base sont d’adopter un anti-virus et un fire-wall (comprenez « pare-feu », prononcez « failleur-ouaul »).

Il existe des antivirus basiques, gratuits ou payants, et parmi ces derniers des suites de sécurité intégrant toute une panoplie de protections.

Le « failleur-ouaul » ou pare-feu, s’insère en quelque sorte entre vous (l’ordinateur) et le réseau extérieur, pour filtrer, en fonction de règles, le trafic.

D’autres logiciels spécifiques existent également pour « détruire » les données de son ordinateur.

Bon, à la lecture de cet article, ne tombez pas dans la parano et ne jetez pas votre ordinateur par la fenêtre pour être sûr de détruire vos données personnelles, cela ne sert à rien. Préférez des réflexes simples par l’adoption de logiciels cités dans cet article ou encore de comportements ne compromettant pas l’intégrité de votre ordinateur.

Et pour compléter pertinemment l’article, un peu comme dans les films de Walt Disney, vos pouvez lire des livres simples sur la sécurité internet (par exemple Edition Dunod, collection « Comment Ca marche ») (ouahhh… quelle belle fin…).

Publicités

>Navigateurs internet


Les navigateurs internet (Web Browser, « butineurs » en anglais) ne se résument pas à Mozilla Firefox, Internet Explorer.

La montée en puissance de Firefox qui a dépassé Internet Explorer met fin à l’hégémonie de ce dernier à la fin des années 90 et au début des années 2000 lorsque le navigateur Netscape faisait concurrence au futur navigateur internet victime de la touche F1 (http://www.01net.com/editorial/513208/internet-explorer-victime-de-la-faille-de-la-touche-f1).

L’approche libre et open-source de Firefox a séduit les particuliers et les entreprises à adopter celui-ci.

Dans la froideur du nord s’est développé un navigateur, en Norvège très exactement, nommé Opéra et édité par Opera Software dont l’atout est constitué par la vitesse de chargement de la page.

Puis vint Google Chrome, dont le principal atout sera aussi la rapidité. Celle-ci s’acquiert en programmant un navigateur peu gourmand en ressources systèmes, c’est-à-dire sans apparition d’effets graphiques époustouflants.

D’autres navigateurs co-existent comme Safari d’Apple et disponible gratuitement depuis 2003 mais propriétaire, c’est-à-dire dont le code source n’est pas connu.

 Mais les navigateurs les plus intéressants sont sans contest les navigateurs de l’ère Arpanet, l’ancêtre d’Internet. La navigation se faisait en mode texte. Il existe toujours des navigateurs texte à l’image de Lynx.