La Loi du Marché (2015, Stéphane Brizé)


073359.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Après la distinction de Vincent Lindon à Cannes cette année avec son prix d’interprétation masculine pour ce film, je décide alors il y a une semaine déjà d’assister à la projection du film sans avoir vu la bande-annonce.

La Loi du Marché décrit le parcours d’un homme, avec sa femme et son enfant, en proie à la dure réalité du travail. Oui, il s’agit bien du marché du travail et à ses multiples embûches auxquels est confronté Vincent Lindon.

S’agit-il d’un film de société ? En visionnant le film, on peut répondre par l’affirmative.

Alors que plusieurs scènes montrent la solitude d’un homme, après la perte de son emploi, dans ce « marché », le film affiche parfois des moments plus « caricaturaux » mais tout aussi vrais, comme l’entretien avec l’employeur via Skype, ou plus touchants comme lors du cours de danse, l’aspect familial n’étant pas du moins délaissé.

Vincent Lindon, alias Thierry, lutte ainsi tout au long du film pour vaincre le chômage et s’en sortir et faire vivre sa famille.

Sans dévoiler le reste du film, la Loi du Marché retrace une triste réalité à laquelle beaucoup sont, ont été confrontés, et l’on ne peut pas ainsi rester indifférent.

Publicités

« Alabama Monroe », une bonne surprise côté ciné’


Dimanche, par un beau temps, j’ai profité d’une salle obscure pour regarder Alabama Monroe qu’un ami m’a proposé d’aller voir. Ce film, dont je n’avais que très peu, voire pas du tout, entendu parlé, s’est révélé être une bonne surprise.

Les films, que l’on classe dans la catégorie « drame » (c’est assez réducteur de classer un film dans une catégorie, mais les sites dédiés au cinéma classent Alabama Monroe ainsi), je suis pas trop fan, mais pour une fois j’ai accroché.

Alabama_Monroe_Affiche

En effet, ce film mêle l’histoire d’un couple qui aura une petite fille, une bande originale originale (ah ah !), non sympa et des acteurs qui ne m’étaient pas connus.

Bref, j’en ai assez dit, et le mieux est de regarder la bande-annonce du film. Je vous invite aussi à ne pas lire les résumés de ce long-métrage, car, à mon sens, la bande-annonce suffit à se faire une idée du film et les résumés ont tendance à dévoiler l’intrigue.

Pour info, le film est réalisé par Felix Van Groeningen et a pour titre original (lui aussi, ah ah !) « The Broken Circle Breakdown ».

7ème art ou les salles obscures


Voici un article dédié à l’une de mes passions, le cinéma. Sans pour autant voir le dernier film au cinéma que de le regarder en DVD, Blu-Ray ou à la télé, voici une sélection de réalisateurs que j’apprécie particulièrement, présentés sans ordre de préférence (faisons original).

Stanley Kubrick

Alors que le dernier film de Stanley Kubrick, sorti à titre posthume, rencontrait une critique toute relative, ce n’est pas sans revenir sur toute sa filmographie et retrouver aussi ses 1ers films (Le baiser du tueur, l’Ultime Razzia) voire son film censuré à l’époque de sa sortie, les Sentiers de la Gloire. L’oeuvre cinématographique du réalisateur, très doué pour la photographie, ramène un film d’anticipation (2001 L’Odyssée de l’Espace), un film adapté d’un roman de Stephen King (Shining) ou encore le film controversé « Lolita ».

Bref, voici 2 bandes-annonces (des films de ma génération, le maître ne sortant des films qu’au compte-goutte) :

Full Metal Jacket (1987), pas un de mes films préférés…

Eyes Wide Shut (1999)

Luc Besson

Luic Besson a lui aussi une filmographie bien remplie et rassemble aussi des films différents dans leur composition avec un acteur fétiche, Jean Reno ; on peut citer Le Grand Bleu (avec sa version longue, histoire de retenir sa respiration jusqu’à la fin), Nikita (une junkie recrutée par le gouvernement français pour accomplir des missions douteuses), Léon (l’histoire d’un tueur à gage [non, un nettoyeur] qui recueille sous son aile une petite fille dont la famille a été tuée), Le 5ème élément, sans oublier un de ses 1ers films, Le dernier combat.

Le Grand Bleu (1988)

Nikita (1990)

Léon (1994)

Bon, le but de cet article n’est pas de faire la critique de films mais plutôt de (re)découvrir des films qui ont pu marqué les esprits. Il ne s’agit pas de présenter dans une vision élitiste certains réalisateurs puisqu’avec le 7ème art, y’en a pour tous les goûts ! Alors vive le cinéma !

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :