« Juste la fin du monde » [le film] et « S’enfuir » [la B.D.], 2 huis clos saisissants


A priori, le film « juste la fin du monde »  et la bande dessinée « s’enfuir » n’ont rien de commun. Le 1er relate le retour d’un écrivain dans sa famille pour un repas, venu leur dire qu’il allait mourir. Le 2nd est le récit d’un travailleur humanitaire retenu en otage en Tchétchénie.

Toutefois, a y voir de plus près, le point commun de ces 2 oeuvres repose sur le huis clos. Huit clos pour « juste la fin du monde », où les personnages évoluent quasiment dans la même maison, tandis que pour « s’enfuir », le personnage principal reste enfermé dans une pièce.

C’est donc dans ces lieux que le réalisateur et l’auteur déroulent une histoire et une atmosphère particulière. Le secret est le maître mot de ce film et de cette B.D. : que va-t-il se passer, l’écrivain va-t-il révéler son terrible secret, le détenu malgré lui va-t-il réussir à s’échapper ou à sortir libéré de sa triste demeure ?

Le film « juste la fin du monde » est l’adaptation d’une pièce de théâtre, la B.D. « s’enfuir » est le résultat de la rencontre de Guy Delisle, l’auteur de B.D. déjà évoqué dans ce blog, et de Christophe André, le captif au main des Tchétchènes. Cette B.D. est donc une biographie.

Au final, les héros respectifs cherchent une certaine liberté, difficile à avouer pour l’un, et une liberté à retrouver pour l’autre.

 

1507-1-bbb

Feuilleter l’ouvrage

 

Pyongyang, la BD de Guy Delisle


71vHgmfH00LNoël à été l’occasion pour moi de recevoir un joli cadeau : « Pyongyang » la bande dessinée en noir et blanc de Guy Delisle.

Cet ouvrage autobiographique relate le séjour d’un salarié d’une entreprise qui a sous-traité  la réalisation d’un film d’animation à Pyongyang, la capitale de la Corée du Nord.

Ce récit permet de découvrir non sans humour la réalité d’un pays qui a à sa tête un didacteur faisant du culte de la personnalité un événement quotidien pour les nord coréens.  Le traducteur et le guide sont deux personnages qui accompagnent le personnage principal, aux côtés des expatriés non nord coréens. La restriction des libertés, la censure, sont des leitmotiv au fil de la lecture.

Guy Delisle a aussi publié d’autres BD sur d’autres pays : Chroniques Birmanes, Chroniques de Jérusalem notamment. Son dernier ouvrage publié est « Le Guide du mauvais Père – Tome 3 ».

Le blog de Guy Delisle le blog de l’auteur, à  visiter absolument !

  • Date de parution mai 2003
  • Editeur L’association
  • Collection Ciboulette
  • Format 17cm x 25cm
  • Nombre de pages 196