Supervision avec Prometheus (+Grafana)


Si pour vous Promotheus est le film de Ridley Scott sorti en 2012, cet article devrait vous intéresser.

Suite à un article consacré à Nagios, un outil de supervision, j’ai découvert en surfant sur le site internet linuxfr.org un article dédié à Prometheus, couplé avec Grafana, une interface Web. Un autre article est consacré à Prometheus également sur le blog d’Octo.

Ma curiosité m’a poussé à découvrir Prometheus dont voici quelques captures d’écran :

Il faut savoir que Prometheus peut être installé sans Grafana, l’interface Web de Prometheus étant toutefois assez sommaire.

Prometheus, d’après son site intenet officiel, est un outil de monitoring système incluant un outil d’alerte.

Prometheus is an open-source systems monitoring and alerting toolkit…

Grafana quant à elle est une plateforme analytique et de monitoring.

Site internet de Prometheus [en]

Site internet de Grafana [en]

Publicités

Nagios, surveillance/supervision système et réseau


Il y a quelques années (déjà?), je lisais les revues axées sur Linux, et un sujet revenait souvent, celui de la supervision système et réseau. Et, parmi les logiciels libres, Nagios était cité. J’avais déjà installé, « à l’époque », Nagios sur ma distribution Linux, mais je n’avais jamais consacré d’article à ce sujet.

J’ai installé récemment la distribution Linux Ubuntu 16.04 sur un ordinateur « virtuel » via le logiciel VirtualBox. J’ai donc sauté le pas et j’ai tenté (en espérant que cela fonctionne 😉 ) d’installer le serveur de monitoring Nagios sur cette Distribution Linux.

J’ai suivi pour cela le tutoriel (in english) disponible à cette adresse : https://www.howtoforge.com/tutorial/ubuntu-nagios/

How to Install Nagios Server Monitoring on Ubuntu 16.04

Les étapes, pour faire « fonctionner » Nagios, sont les suivantes :

  1. installation des prérequis,
  2. configuration du groupe et de l’utilisateur,
  3. installation de Nagios à proprement parler :
    • téléchargement et décompression de Nagios « coeur »
    • compilation de Nagios
    • installation des plugins/extensions de Nagios
  4. Configuration du serveur Apache
    • mise à disposition des modules Apache
    • mise à disposition de l’hôte virtuel Nagios
    • lancement d’Apache et de Nagios

Une fois toutes ces étapes franchies, vous pouvez tester Nagios (http://localthost/nagios/ pour ma part) après avoir modifié des droits d’accès pour éviter un message de type error: could not read object configuration data.

La modification des droits d’accès s’effectue sur le fichier /etc/init.d/nagios

Une fois l’installation terminée (et réussie, ouf 😉 ), voici les quelques captures d’écran de Nagios, sachant que ce que j’ai à monitorer est assez sommaire. Promis, je rédigerai un prochain article un peu plus poussé sur Nagios .

Toutefois, selon moi, la curiosité en informatique fait avancer sa propre recherche de connaissances en la matière (ouah… quelle belle phrase de fin ! 😀 ).

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Et en bonus quelques ressources :

Le blog de nicolargo :

https://blog.nicolargo.com/nagios-tutoriels-et-documentations

http://blog.nicolargo.com/wp-content/uploads/2011/03/ebook-nicolargo-nagios-v1.0.pdf

Nagios sur Wikipedia :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nagios

Nagios.org