A la découverte du Rapsberry Pi (II)


Ca y est, après quelques jours écoulés, j’ai reçu le colis tant attendu ! Le « Starter Kit Officiel Pi3 » inclut :

  • la carte Raspberry Pi 3 (modèle B)
  • le boîtier officiel de la fondation
  • une carte micro-SD 16 Go et son adaptateur format SD, sur laquelle est présent l’utilitaire NOOBS, à insérer dans le port dédié de la carte Rapsberry Pi 3
  • un boîtier d’alimentation 5V – 2,5 A
  • un câble HDMI, pour relier la carte au moniteur/à la télé
  • de la curiosité (non ça c’est moi qui l’ai rajoutée 😀 )

Les caractéristiques techniques de la carte sont les suivantes :

  • Processeur Quad Core Broadcom 2837 ARMv8 64bit
  • Vitesse du processeur : 1,2 GHz
  • 1 GB RAM (la mémoire vive)
  • BCM43143 WiFi intégré (pour se connecter à Internet)
  • Bluetooth Low Energy (BLE) intégré
  • 40 broches d’extension GPIO
  • 4 ports USB2
  • Sortie vidéo et stéréo
  • Port caméra CSI pour connecter la caméra Raspberry Pi
  • Port d’affichage DSI pour connecter l’écran tactile Raspberry Pi
  • Lecteur de carte Micro SD pour charger votre système d’exploitation et stocker vos données
  • Source d’alimentation Micro USB, supporte maintenant jusqu’à 2,5A

Après avoir déballé les différents composants, j’ai inséré la carte-mère dans le boîtier, la carte micro-SD, relié mon clavier et ma souris via USB, relié le câble HDMI de la carte vers le moniteur et enfin branché l’adaptateur-secteur fourni. Cerise sur le gâteau, j’ai reçu une mini-enceinte Bluetooth à Noël (merci Père Noël) que j’ai reliée au Raspberry Pi.

Le 1er écran est un écran multicolore, puis vient le choix de l’OS à installer, c’est-à-dire le système d’exploitation. Très bonne surprise, il est possible d’en installer plusieurs. La capacité de la carte SD étant limitée à un peu moins de 16 Go, j’ai sélectionné 3 OS dont l’emblématique Raspbian, dérivée de Debian , une distribution Linux. Aussi, les utilisateurs de Linux ne seront pas dépaysés.

Les menus « Programmation » vous permettront d’accéder à des logiciels pour coder en Python (le langage phare de Raspberry Pi) et en Java notamment. Scratch, pour apprendre à coder, est également présent tout comme Greenfoot, un environnement de développement orienté Java.

Le Terminal comme sur les distributions Linux (à l’image du DOS pour Windows) permet via la ligne de commande d’administrer votre système.

Je reviendrai dans d’autres articles sur certains logiciels fournis par défaut, sachant que d’autres logiciels peuvent être installés de façon additionnelle.

J’ai d’ailleurs commencé l’installation d’Apache 2, le serveur Web, ainsi que de PHP, MySQL et PHPMyAdmin, pour préparer un environnement LAMP Linux+Apache+MySQL+PHP (Raspberry +AMP en l’occurrence) afin d’héberger un serveur Web.

Comme indiqué lors de mon précédent article, les cas d’utilisation du Raspberry Pi sont variés : Domotique, hébergement d’un serveur WEB, d’un serveur NAS pour le stockage sur un réseau local etc.

Je testerai dans de prochains articles divers cas d’utilisation.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s