eZ Publish, un C.M.S. performant et flexible


eZ Publish est un C.M.S. utilisé par de grandes entreprises telles Canal + et le Financial Times comme décrit sur le site officiel.

Entreprise internationale, eZ Systems commercialise eZ Publish Enterprise destiné à l’entreprise.

Avec eZ Publish, vous pourrez créer un site Web professionnel en quelques clics et le développer pour les plus avertis d’où sa valeur ajoutée.

Ce C.M.S. outre la partie publique met à la disposition de l’administrateur une partie privée protégée par login et mot de passe.

Le C.M.S. permet aussi de publier directement depuis Word ou OpenOffice Writer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

SPIP 2.1, le tutoriel


Le site officiel de SPIP spip.net définit ce C.M.S. comme un système de publication pour l’internet.

SPIP, le C.M.S. à l’écureuil,  est ainsi destiné aux sites Web de type magazine (brèves etc.) avec la création de rubriques. Les habillages graphiques s’appellent des « squelettes » et il est possible de les modifier afin d’adapter à son goût le site Web.

L’installation de SPIP se fait en quelques étapes. Pour cette installation, en local ou sur un serveur distant, prévoyez les outils types pour l’installation des C.M.S., à savoir PHP et MySQL.

Suivez les différentes étapes de l’installation ci-dessous puis visualisez la partie privée du site ainsi que le site à proprement parler.

Bonne navigation !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Joomla 1.6, tutoriel


Joomla est un C.M.S. offrant de multiples possibilités de configuration. Son installation est guidée pas à pas en moins de 10 étapes.

La partie administration de Joomla sécurisée par un login et un mot de passe permet l’accès au panneau d’administration composé de différents menus :

  •  Ajouter un article
  • Gestion des articles
  • Gestion des catégories
  • Gestion des médias (images, vidéos etc.)
  • Gestion des menus (modification, ajout etc. de menus
  • Gestion des utilisateurs (qui s’enregistrent)
  • Gestion des modules (ajout, suppression etc. de modules)
  • Gestion des extensions (ajout, suppression etc. d’extensions)
  • Gestion des langues
  • Configuration (système, du site etc.)
  • Gestion des templates (pour l’habillage du site, modification du code CSS etc.)
  • Modification du profil de l’administrateur

L’ergonomie est élaborée et la configuration du site puissante. Cela en fait un C.M.S. open source performant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Drupal 7, tutoriel


Drupal est un C.M.S. open source. Il dispose d’un frontend et d’un backend, à l’image d’autres C.M.S., ou en d’autres termes une partie publique et une partie privée.

J’ai testé Drupal sur un serveur local grâce à Wampserver, un programme incluant le serveur Web Apache, PHP, MySQL et qui comprend également phpmyadmin pour l’administration de bases de données.

Les snapshots ci-dessous détaillent l’installation de Drupal 7 étape par étape dans la langue de Shakespeare. Pour une installation en français, reportez-vous à cette adresse : http://drupalfr.org/traduction

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Création de blogs avec le C.M.S. WordPress, tutoriel


Comme vous l’avez peut-être remarqué, ce blog est conçu grâce au C.M.S. Content Management System ou Système de Gestion de Contenu WordPress.

Les C.M.S. sont en quelque sorte une solution évoluée de création de site/blog mis en ligne sur internet.

Les blogs WordPress peuvent être créés directement après avoir été installés sur un hébergement dédié indépendant ou par l’intermédiaire du site WordPress.com.

La philosophie du blog est de mettre à la disposition de l’utilisateur une partie privée (le backend) véritable tableau de bord de configuration du blog et une partie publique (le frontend) qui n’est rien d’autre que le site/blog en lui-même.

L’accès à la partie privée s’effectue par login et mot de passe. Un écran d’accueil, le tableau de bord ou dashboard, comporte différents menus relatifs aux articles, aux statistiques, médias (photos, vidéos etc.), pages du site, commentaires etc.

Ces éléments font de WordPress un C.M.S. performant à l’image de son confrère Joomla.

WordPress est actuellement dans sa 3ème version et son utilisation est répandue sur le Web.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Virtualisation de NetBSD avec KVM (introduction)


NetBSD est un système d’exploitation conçu pour diverses plateformes : il fonctionne tout aussi bien pour des serveurs, des ordinateurs de bureau ou encore comme système embarqué.

Il est aussi utilisé à la fois pour des environnements de type recherche ou production.

J’ai donc installé NetBSD sur une machine virtuelle grâce à KVM étroitement lié à QEMU pour faire fonctionner NetBSD dans sa dernière version en l’occurence la 5.1, disponible depuis le 19 novembre 2010.

La première étape consiste à la création d’un disque dur virtuel grâce à la commande :

$ qemu-img create -f qcow2 nbsd5.img 4G

J’expliquerai dans de prochains articles la signification de ces commandes.

Ensuite, je lance la machine virutelle grâce à la commande :

$ kvm -m 1024 -cdrom i386cd-5.1.iso -boot d nbsd5.img

en ayant au préalable téléchargé l’image du Cd d’installation de NetBSD.

Les différents écrans d’installation ressemblent à ceux de Linux à quelques exceptions près.

Une fois le système installé, on lance la machine virtuelle grâce à la commande :

$ kvm -m 1024 -no-acpi -net nic,model=pcnet -net user nbsd5.img

Après s’être loggé, on modifie le fichier rc.conf en rajoutant dhclient=yes.

Les prochains articles détailleront ces différentes étapes avec en plus l’installation de GNOME l’environnement de bureau.

En attendant, voici quelques captures d’écran prises au hasard :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Fedora 15 « Lovelock »


Fedora, la distribution linux conçue par une communauté d’utilisateurs, dans sa version 15 intègre l’environnement de bureau GNOME 3.

Sponsorisée par RED HAT, connue entre autre pour son produit phare Red Hat Linux Enterprise, Fedora en misant sur Gnome 3 s’avère simple à utiliser et bouscule notre façon d’utiliser le système Linux.

Bon an mal an, j’ai décidé d’installer Fedora 15 sur mon disque dur et j’en suis ravi. Par défaut sont disponibles les applications :

– DéjàDup : outil de sauvegarde dont le maître mot est la simplicité : cryptage des données, compression des données etc.

– SELinux Troubleshooter(http://fr.wikipedia.org/wiki/SELinux)

– Firewall ou pare-feu

Fedora 15 innove avec la possibilité d’utiliser Btrfs (« butterfs »), un système de fichier développé à l’origine par Oracle.

Voici une série de snapshots issues de Fedora 15 :

Ce diaporama nécessite JavaScript.